Accueil » Voiture électrique : c’est la guerre des subventions

Voiture électrique : c’est la guerre des subventions

Le marché de la voiture électrique

Source : Pixabay.

Pour le secteur automobile, 2022 a confirmé toutes les difficultés enregistrées en 2021. Les goulots d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement et l’inflation record se sont traduits par environ 200 milliards de dollars de baisse des ventes mondiales, passant sous les 2 milliards de dollars, aux niveaux de 2014.

Dans une situation difficile pour le secteur, les performances à contre-courant des véhicules électriques (plug-in et full electric) se démarquent, dont les ventes auraient dû représenter, selon les estimations de l’Agence internationale de l’énergie, 13% des ventes mondiales du secteur auto : en hausse par rapport au 9 % enregistré l’année dernière.

Cher Tesla

En 2022 aux États-Unis, les ventes de voitures électriques ont augmenté de 60 %, et ce fut la pire année de la dernière décennie pour l’ensemble du secteur automobile national. Mais, malgré les performances positives, ils représentent toujours une très petite tranche, 6% de toutes les voitures neuves vendues aux États-Unis. Autrement dit, les États-Unis sont encore loin de l’objectif récemment annoncé par l’administration Biden : la moitié des ventes de voitures neuves du pays seront des véhicules électriques d’ici 2030. Et ils sont à la traîne en matière d’adoption de l’électricité par rapport à la Chine où près d’une voiture neuve sur trois vendue est électrique (mais aussi par rapport à l’Europe où la pénétration de l’électricité est égale à 15%).

Voici une vidéo relatant l’évolution de l’industrie en Chine :

Cette différence s’explique surtout en regardant le prix moyen d’une voiture électrique dans les deux pays. Aux États-Unis, on dépense en moyenne 66 000 dollars pour ramener une voiture électrique à la maison. Un chiffre qui a augmenté de 15 000 dollars au cours de la seule dernière année et 38 % de plus que le prix moyen d’une voiture à moteur à combustion interne. En Chine, en revanche, cet écart de prix entre le marché de l’électricité et les marchés traditionnels n’est que de 10 %. Afin d’être compétitif sur le marché chinois, Tesla vend ici son Model 3 30% moins cher qu’aux USA.

Loi sur l’industrie Net-Zéro

Le paquet américain a suscité de vives inquiétudes parmi les pays membres de l’Union européenne. Le commissaire européen chargé du marché intérieur, Thierry Breton, est même allé jusqu’à le définir comme « un défi existentiel à l’économie européenne ». La crainte de Bruxelles est que la législation américaine fausse la concurrence et déclenche une fuite des investissements et des entreprises du marché européen au profit du marché américain. Une peur infondée. Grâce à l’IRA, la construction d’une nouvelle usine de batteries électriques aux États-Unis est subventionnée à hauteur de 800 millions de dollars. La même usine en Europe ne recevrait que 155 millions de dollars.

Pour remédier à ce déséquilibre concurrentiel, le 25 octobre 2022, l’UE a mis en place un groupe de travail conjoint avec les États-Unis pour discuter de l’IRA, dans le but de pousser l’autre partie à modifier certains de ses aspects les plus perturbateurs. Le 29 décembre dernier, après des mois de négociations diplomatiques, l’Union européenne est parvenue à faire une première ouverture. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *